chambord

chambord

Minggu, 22 Mei 2011

Colmar, la Ville du Paradis



‘Oh mon Dieu !’ c’est ces mots là que j’ai exprimés après avoir vu la photo des façades à Colmar, une ville qui se trouve en Alsace, France. C’est une ville qui se caractérise par ses maisons gothiques et de la Renaissance et par les nombreux canaux qui la traversent. On peut voir aussi, il y a beaucoup de fleurs qui l’embellissent. Je crois que cette ville est aussi belle que Paris, ou bien plus belle. Elle est aussi considérée comme ‘ la capitale des vins d'Alsace’. Pour ceux qui aiment prendre la photo, c’est aussi un paradis du monde. Moi, je n’y suis pas encore allé, mais je peux sentir la beauté de cette si belle ville. Eh bien sûr, c’est une destination française que je dois visiter avant de mourir 

Sabtu, 21 Mei 2011

Grace à Anggun.

Tout le monde aime la musique, non, mais presque ! J’étais un des gens qui ne l’aimais pas. Je vois pas pourquoi, et je trouvais ca un peu bizarre. Je connaissais les chansons car je les entendais, mais je les apprenais pas par cœur, jamais. Quand mes amis chantaient, moi, je me taisais. Mais quand j’etais collégien, j’écoutais souvent les chansons d’Anggun, elle chantait ‘Summer in Paris’. Je la chantais souvent, mais avec la parole fausse car je ne la connaissais pas. Il y avait des phrases inconnues pour moi, elles étaient en français, une langue que je ne connaissais pas du tout. C’était seulement cette chanson qui m’attirait, peut-être parce qu’il y a la parole française, mais je ne m’apercevais pas. Et là, j’ai commencé à aimer la chanson. Le temps s’écoule . . . J’ai arrêté de chanter cette chanson.

Je suis entré dans un Lycée où j’apprenais le français. D’abord, je trouvais ca un peu banal d’étudier la langue étrangère. Et ça, quand je connaissais beaucoup de mots français, je me suis rappelé d’une chanson. Celle que j’aime mais je ne sais pas. Ce moment-là, j’ai déjà connu l’internet. Alors, je surfais tout de suite sur l’internet et je l’ai cherchée. Je l’ai eue et je l’écoutais avec l’intention, et voila, grâce à Anggun, j’arrive à aimer la chanson, surtout les chansons françaises. Aujourd’hui, j’ai plus de 150 chansons françaises, et je les écoute dans mes jours. Merci Anggun !

Tours, France (La Ville du Rêve)

Quelle ville pensez-vous quand vous entendez le mot ‘France’ ? Je crois que vous pensez tout de suite a Paris, la capitale. Pourtant, la beauté de la France ne se trouve pas qu’a Paris. Moi, j’adore vraiment Tours. C’est une ville qui se trouve dans le Centre, France. Ce qui m’intéresse trop a cette ville, c’est qu’il y a tellement de châteaux. Une amie française, Leila Ouhmad, qui y habites m’a donné les noms des châteaux, voici :

Château de Langeais,

Château de Villandry,

Château d'Amboise,

Château d'Azay-le-Rideau

Château de Cande,

Château de Chamchevrier

Château de Montpoupon

Château du Riveau

Château de Gizeux à Gizeux

Château de Luynes

Manoir du Clos Lucé ( ou y habitait Léonard de Vinci)

Château D'usse

Forteresse Royal de Chinon

Le logis Royal de Loche

Château-Hôtel d'Artigny

Château de la Boudaisière

C’est vraiment un rêve pour moi d’y habiter. Surtout, quand j’ai vu une diffusion au CCF qui montrait les paysages de Tours, je suis tout de suite tombé amoureux de cette ville. De plus, on m’a dit que c’était une ville considérée comme le Jardin de France. Et là, j’aimerais faire du vélo.

Jumat, 20 Mei 2011

Résumé Cosette


Dans un village s’appellait Montfermeil, où l’eau était rare, il y avait un hôtel où y habitaient les Thénardier. Chez eux, il y avait une pauvre enfant qui s’appellait la petite Cosette, elle était là comme une servante. Les Thénardier la traitaient très mal, et aller chercher de l’eau était le travail de cette fille de 8 ans. Dans ce village-là, il n’y avait pas la source, et elle a dû prendre de l’eau dans un autre village, à pied en portant un seau, et passer le bois.
Un soir, quand Mme. Thénardier lui demandait de prendre de l’eau et d’acheter un gros pain, Cosette est passée devant une boutique où on vendait une belle poupée. Depuis qu’elle est née, elle n’avait jamais de poupée. Elle l’a regardée attentivement. Mais brusquement, la Thénardier a poussé son cri, Cosette avait peur d’être battue et elle a couru vers la source. En passant le bois qui était sombre, elle a voulu de rentrer mais elle avait peur de la Thénardier. Enfin, elle est arrivée à la source. Quand elle prenait de l‘eau, une pièce de quinze sous, que Mme. Thénardier lui a donné pour acheter le pain, est tombée dans la source sans qu’elle aperçut.
Il faisait du vent, dans le bois, elle s’est reposée à cause de la fatigue. Tout à coup, il y a eu quelqu’un qui s’approchait de Cosette. C’était Jean Valjean, il avait des habits pauvres mais propres. C’était un homme qui avait été condamné mais il a réussi de s’enfuir Il a aidé Cosette à porter le seau. Ils se sont parlés un peu en marchant. Après avoir su que Cosette habitait dans un hôtel, il a décidé de rester là-bas. Ils ont parlé aussi d’une poupée que Cosette aimait, que Eponine et Azelma, les filles des Thénardier ne voulaient pas que Cosette jouât avec leur poupée.
En arrivant, les Thénardier n’ont pas cru que Jean valjean ait pu payer le logement à cause de son apparence pauvre. Mais il a donné tout de suite l’argent que les Thénardier ont voulu, quarante sous, au lieu de vingt sous. La Thénardier demandait alors le pain à Cosette, mais elle a oublié. Elle aussi, n’a pas trouvé l’argent dans sa poche. La dame était complètement en colère, et Cosette a pleuré. Après, Cosette a vu la poupée des filles des Thénardier. Cependant, les deux filles étaient en train de jouer avec un chat. Cosette s’est dirigée vers la poupée et a joué avec elle. Alors, Ponine et Zelma, aussi la Thénardier, ont été en colère. Mais un bonhomme, Jean Valjean lui a acheté une poupée, plus belle que celle de Ponine et zelma. Elle coutait au moins trente francs. Cosette l’a nommée Catherine. Après avoir su tout ça, les Thénardier étaient surs que cet homme pauvre était en vérité riche.
Le Thénardier et Jean se sont parlés de Cosette. Jean avait envie de prendre soin Cosette afin de ne plus être leur servante. D’abord, la Thénardier n’était pas d’accord car c’était Cosette qui faisait tous les travaux, mais enfin elle a été d’accord. Alors Cosette et Jean Valjean s’en sont allés. Le Thénardier savait tout à fait que Jean avait tant d’argent. Il avait l’intention de demander plus d’argent en disant qu’il voulait reprendre la pauvre enfant. Il a réussi d’en gagner. Cosette et Jean, enfin, ils sont partis à Paris où il avait acheté une maison dans le boulevard de l’hôpital.
Là, ils ont commencé à s’aimer et à faire le bonheur. Ils habitaient aussi avec une vieille dame qui s’intéressait beaucoup à Jean, elle était la portière de la maison. Comme Les Thénardier, elle pensait que cet homme était pauvre, car il n’a jamais changé les meubles. Mais elle a vu Jean déplier un billet de mille francs. Elle a raconté cette chose à toutes les portières du quartier. De plus, quand Jean était en train de scier du bois, elle a touché la veste de Jean et senti des billets de mille francs.
Tous les soirs, Jean Valjean sortait, plus souvent avec Cosette. Mais quand il sortait seul, Cosette jouait avec Catherine. Là, il a trouvé des choses bizarres. D’abord, c’était un pauvre qui disait sans jamais s’arrêter des prières. Jean lui a donné un peu d’argent, et cet homme pauvre a levé les yeux et l’a regardé attentivement. Jean a cru revoir un visage reconnu, Javert, un policier qui voulait le prisonner. Mais Jean a pensé que cela n’était pas possible. Le lendemain, il a entendu le pas lourd comme celui d’un homme. Jean a pensé alors à Javert. Mais en fait, c’était M.Dumont ou Daumont qui y’habitait aussi. Et enfin, à la nuit de pleine lune, quand Jean et Cosette se promenaient dans les rues, il y avait des hommes qui les suivaient. Cette fois, c’était bien Javert avec d’autres hommes. Mais Javert n’était pas sûr que c’était bien Jean qu’il suivait.
Cosette a commencé à se fatiguer, Jean l’a prise dans ses bras et l’a portée. Il est entré dans une petite rue en espérant que Javert ne l’a pas aperçu. Après, Jean et Cosette se sont mis sur le toit pour se cacher. Cosette avait peur car Jean lui a dit que c’était la Thénardier. Ils sont descendus et après ils se sont trouvés dans un jardin. Les mains de Cosette se sont glacées. Jean a regardé un homme dans le légume. C’était Fauchelevent, Jean ne l’a pas reconnu. En fait, Jean l’avait sauvé la vie alors qu’il était le maire. Jean lui a demandé alors un aide. Ils restaient chez Fauchelevent. Jean a placé Cosette près d’une cheminée et elle rougissait. Fauchelevent était vraiment gentil, il a fait employer Jean et Cosette chez lui. Il disait que Jean était son frère et Cosette était la petite fille. Finalement, les années coulent dans la paix.

La Carte Postale

Quand j’étais en premier semestre, j’écrivais souvent la carte postale pour m’entrainer à la production écrite. La, j’écrivais un petit truc et très simple. L’examen aussi, c’était toujours la carte postale. Je trouvais ca pas intéressant du tout, car on envoyait aux profs dans la classe. Et ils ne répondaient pas. C’était juste pour l’entrainement et aussi pour la note. Alors, ce que je veux, c’est d’envoyer la carte postale aux amis français en France. C’est tout à fait marrant, car on reçoit aussi celle d’eux. De plus, j’aimerais bien avoir la carte postale venante de France. Il y a bien sûr beaucoup d’avantage de l’envoyer. On s’entraine a la production écrite, on a une bonne relation avec nos amis. Bien sûr, c’est beaucoup plus chouette.